Vous êtes ici

19/12/2017 | Innovations

BIM : Pourquoi numériser une façade ?

À mesure que l’implication de la Maitrise d’ouvrage vers le BIM se développe, la numérisation des bâtiments existants devient un enjeu stratégique. Numériser son patrimoine prend tout son sens dès lors que celui-ci doit subir une réhabilitation thermique.

La Maitrise d'Ouvrage, vers une gestion numérique de ses bâtiments

Certains bailleurs sociaux détiennent à eux seuls plusieurs millions de mètre carré de logements. La nécessité de gérer au plus juste l’exploitation d’un parc n’est pas une vue de l’esprit ; elle est au cœur de tout fonctionnement efficace et rationnel. Planifier les opérations de maintenance avec exactitude, sans excès ni défaillance, maitriser la consommation énergétique sans nuire au confort des logements, etc. Ce sont des réalités bien concrètes et difficilement compatibles avec un simple empirisme organisateur ! Ainsi la Maitrise d’Ouvrage se dirige-t-elle vers une gestion numérique de ses bâtiments en vue d’améliorer leurs rendements et leurs niveaux de service. La démarche n’est toutefois pas anodine ; elle demande du temps et des moyens. Le cout de la numérisation d’un patrimoine immobilier varie selon la stratégie retenue : 40 centimes par m² habitable pour la  simple nomenclature digitale des données structurées et près de 2 euros lorsqu’il s’agit d’une opération incluant la géométrie des éléments.

C’est pour cette raison que les bénéfices d’une telle démarche doivent être à la hauteur de l’investissement : Constituer une information aussi élaborée qu’une maquette numérique oblige à réaliser des gains substantiels. Selon certains spécialistes, le retour sur investissement  est envisageable au bout d’un an, même si l’opération engage jusqu’à 2,5 % du coût d’exploitation annuel.

La maquette numérique pour prévoir le comportement énergétique des constructions

En ce qui concerne la qualité de l’information, on peut facilement observer que l’émulation des concepteurs de logiciels autour du BIM produit déjà des effets positifs. En effet, le développement des interfaces et l’amélioration des systèmes font désormais de la maquette numérique un outil très efficace pour prévoir assez précisément le comportement énergétique des constructions. Ces possibilités techniques préfigurent une utilisation massive de la technologie BIM pour le monitoring des bâtiments en cours d’exploitation.

À ce titre, on s’avance vers une lecture en temps réel de tous les paramètres dommageables à une isolation performante : Ainsi, l’incidence des ponts thermiques sur une façade, par exemple, est modélisable par certains logiciels. Par ailleurs, des modèles thermo-aérauliques  s’interfaçant sur la maquette numérique, peuvent, en reproduisant l’exposition aux vents des bâtiments, recenser précisément les surfaces d’échanges  les plus critiques d’une enveloppe extérieure.

Les progrès technologiques accompagneront donc les exigences techniques des détenteurs de patrimoine immobilier. Mais, les bons prestataires de la Maitrise d’Ouvrage seront ceux qui auront intégré les outils capables de transmettre une information pertinente.

Naturellement, l’information doit partir de la donnée. Cette dernière est par essence variable et ses origines sont diverses. Toutefois, il est vain de vouloir créer une donnée à posteriori, en aval d’un processus de conception ; cela remettrait en question le principe même de la chaine d’information qu’incarne le BIM. En matière d’isolation thermique extérieure, par exemple, la donnée traduisant la performance de l’isolant joue le premier rôle ; les paramètres tels que les dimensions des ouvertures et des allèges sont secondaires. Partir de la résistance thermique de l’isolant pour déterminer le comportement thermique d’une façade est par conséquent une évidence.

Utilisés pour rénover les logements collectifs, les isolants de façade ISOBOX peuvent parfaitement trouver leur place dans des projets de réhabilitation thermique s’articulant à une démarche de digitalisation des bâtiments. Par exemple, dans le cas d’une opération combinant la numérisation d’un bâti et un ouvrage d’isolation, l’utilisation d’objets BIM aux performances thermiques déjà définies, facilitera la conception et constituera un ensemble de données très précisément paramétrées.

C’est la raison pour laquelle ISOBOX a constitué une bibliothèque d’objets BIM correspondant à ses isolants de façade ETIXX31 et ETIXX37. Largement employés pour la réhabilitation thermique des bâtiments, les isolants de façade de deuxième génération doivent aussi permettre aux maitres d’œuvre de concevoir un ouvrage d’isolation extérieure qui rentre dans le cadre d’une stratégie de numérisation.

Catégorie: